Un peu d’histoire

Les arts de combat d’Extrême-Orient sont emprunts de spiritualité, voire de religiosité. En effet, les grands systèmes de pensée asiatiques, au premier rang desquels le Confusionnisme et le Taoïsme, mais également le Bouddhisme zen (qui est une religion) ont imprégnés les arts martiaux.

En 1609 au Japon, Tokugawa Ieyasu s’est déjà rendu maître du Pays, désormais unifié. Tokugawa a été nommé Shôgun – un dictateur militaire – par l’Empereur. Mais le clan rival, celui des Satsuma, commandé par la famille Shimazu, défait lors de la bataille de Sekigahara neuf ans plus tôt, demeure puissant. Tokugawa détourne habilement son hostilité en nommant Shimazu Han Gouverneur de l’archipel des Ryû-Kyû, au Sud du Japon. Les Satsuma envahissent donc Okinawa, l’île la plus importante des Ryû-Kyû. Ils y auraient maintenu et renforcé l’interdiction du port des armes. Il est à noter cependant que cette supposée législation est contestée. Nous n’avons aucun écrit pouvant la corroborer, selon Maître Kanazawa Hirokazu.